CIA Ils sont de partout (on le sait!!)

Les US continuent de recevoir des avertissements mais croyez vous que cela les affectent? Point du tout, ils continuent aveuglément leurs erreurs stratégiques et augmentent ainsi un conflit qui pourrait leur être fatal. L’essentiel pour eux étant que celui-ci se fasse en dehors du territoire us. Pauvres idiots indécrottables!!!

La nouvelle est si importante que nous devons l’écrire en courant le risque d’un démenti, même si pour l’instant elle est confirmée par des sources russes de renseignements non mieux identifiées. Et une petite énigme curieuse dans son histoire Wikipédia…

« Mike l’Ayatollah » ou « Prince Obscur », le célèbre et très dangereux Michael D’Andrea, Commandant de la Central Intelligence Agency de Langley (Virginie) pour les opérations au Moyen-Orient aurait été tué dans le crash de l’avion militaire de l’US Air Force qui s’est écrasé hier dans le centre de l’Afghanistan à bord duquel se trouvaient des officiers de la CIA et de la NSA (National Security Agency).

La mort de l’équipage a été rapportée par le porte-parole des Talibans, Zabihullah Mujah, qui dans une déclaration publiée quelques heures après l’accident (et rapportée par Il Giornale en Italie) a décrit l’incident comme suit : « Un avion américain spécial volait pour une mission de renseignement dans la région de Sadukhil, district de Dehk, province de Ghazni. Tout l’équipage de l’avion et plusieurs officiers supérieurs de la CIA des États-Unis ont été tués. L’épave et les corps des défunts se trouvent toujours dans la région ».

Article https://www.mondialisation.ca/le-chef-de-la-cia-au-moyen-orient-assassin-de-soleimani-et-traqueur-de-ben-laden-mort-a-bord-dun-jet-en-afghanistan/5641074

Crash de l’avion ukrainien

Crash de l’avion ukrainien

Il faut bien avouer que le tir d’un missile sol/air de la part de la DA de l’Iran est troublant… Je me suis penché un peu plus sur les circonstances du tir de ce missile et j’en suis arrivé à la conclusion, à la conviction que même si la DA Iranienne était sur le pied de guerre et s’attendait à une attaque des US,cela ne pouvait être non pas une erreur malheureuse humaine mais une manipulation électronique des Etats Unis.

Le site militaire russe Avia.pro est revenu sur l’accident du à une erreur humaine et qui a provoqué le crash du Boing 737 ukrainien en Iran, le 8 janvier dernier, quelques minutes après son décollage, causant la mort de 179 passagers et membres de son équipage.

Se fiant à des experts militaires, il rapporte que le coup ressemble point par point à la destruction au large de Lattaquié en Syrie, en septembre 2018, d’un IL-20 russe : les chasseurs israéliens qui étaient traqués par les missiles syriens l’avaient utilisé comme bouclier, quitte à en causer la destruction et la mort de 15 passagers.

Le site militaire russe se réfère à une enquête indépendante qui conclut à la « responsabilité au moins partielle US » dans la tragédie du 8 janvier

https://reseauinternational.net/crash-de-lavion-ukrainien-une-cyberattaque-us-aurait-leurre-les-radars-iraniens-site-militaire-russe/

Arraisonnement du pétrolier Iranien

L’arraisonnement le 4 juillet 2019 à Gibraltar par les autorités britanniques du pétrolier Grace 1 contenant 300 000 barils de pétrole iranien à destination présumée de la Syrie est contraire aux lois internationales régissant la navigation maritime.

Cette opération, préparée à l’évidence en coopération avec les services de renseignement des États-Unis, est un acte hostile envers l’Iran et la Syrie et s’inscrit dans l’acceptation par le Royaume Uni des sanctions extraterritoriales des États-Unis.

La France, « Mère des arts, des armes et des lois », pourrait saisir cette occasion pour donner une nouvelle impulsion au rôle de l’Union Européenne dans le monde comme promoteur de paix et de diplomatie, en s’associant aux protestations russes dont le Ministère des Affaires Étrangères a dénoncé cet acte de piraterie maritime comme dangereux pour l’avenir du monde, en rappelant à ses amis et alliés, notamment aux Britanniques, qu’on ne peut avoir un double langage : d’une part dénoncer le retrait des États-Unis des accords internationaux, dont le PGAC, entre les 5+1 et l’Iran, et enfreindre les lois internationales sur la navigation maritime.

Soutenir la Russie – et l’Iran par conséquent- sur la scène internationale et notamment à l’ONU rappellerait à tous qu’un avenir paisible pour la planète n’est envisageable que dans le respect des lois internationales et des résolutions de l’ONU et non dans des actions unilatérales qui ne peuvent qu’engendrer des représailles et un engrenage dangereux.

Signé :

Ali Rastbeen, Président de l’Association Franco-Iranienne

Michel Debray, amiral,

Alain Corvez, Colonel, Conseiller en stratégie internationale

Dominique Delawarde, général (2S), ancien chef «Situation-Renseignement-Guerre électronique à l’EM interarmées»

Jacques Hogard, Colonel, PDG de EPEE (Expert Partenaires de l’Entreprise à l’Étranger)

Leslie Varenne, Directrice de l’IVERIS (Institut de Veille et d’études des Relations Internationales et Stratégiques)

Gérard Bapt, ancien parlementaire français, maire de Saint Jean (Tarn et Garonne)

Patrick Vaugien, Officier supérieur en retraite, vice président de EPEE

Jacques MYARD, ancien parlementaire français, maire de Maisons-Laffitte

Bruno Rioux, chirurgien ophtalmologiste, Chevalier (GM) Ordre de Malte

Yves Logette, Colonel (CR)

Jean Paul Baquiast, Président de l’Association europesolidaire.eu

Jean Pierre Tardy, militaire en retraite

Youssef Hindi , écrivain, historien, chercheur indépendant

Jean Pierre Arrignon, historien, professeur des universités

Simon Graziani, entrepreneur à la retraite

Gérard Boin, militaire en retraite

André Legrand, universitaire en retraite

Jean Claude Empereur, géopolitologue

Serge Ducrocq, citoyen éclairé

Anne Cubayne, citoyenne responsable

Jean Allard-Meüs, officier en retraite

Fayez Hoche, docteur

. . . . . . . . . . . . etc. . . . . …..

Venezuela la honte de l’occident

Les US et leurs alliés ont décidé de s’emparer des richesses du Venezuela, une ingérence de plus de la part de pays, petite france comprise, dans les rouages d’un pays démocratique.

L’impudence et le vol au rang de politique d’État

L’information s’est répandue dans les rédactions. Avez-vous vu ce que GrayZone a trouvé ? Le département d’État des États-Unis a reconnu – et s’en est vanté – sa responsabilité dans la crise que vit aujourd’hui le peuple vénézuélien. Personne n’a pu le croire. L’impudence s’est transformée en relations étrangères et le vol a été porté au rang de politique d’État.

La publication originale de cette fiche d’information a été faite par le Département d’État sur son site Internet mais a été rapidement retirée, jusqu’à ce que la journaliste Anya Parampil la trouve et la publie dans le journal numérique GrayZone (vous pouvez lire l’article ici et télécharger le document original ici).

« Le 24 avril, six jours avant que le « président intérimaire » vénézuélien autoproclamé, Juan Guaidó, ne tente de renverser violemment le gouvernement démocratiquement élu du Venezuela avec une poignée de déserteurs militaires, le département d’État américain a publié un document montrant le rôle central de Washington dans cette tentative de coup d’État. Après avoir pris conscience de la nature incriminante de son erreur, le département d’État a agi rapidement pour supprimer la page« , écrit Parampil.

article /https://reseauinternational.net/les-etats-unis-reconnaissent-leur-responsabilite-dans-la-crise-venezuelienne/